La 3D libre avec Blender, 5e édition (suite 1)

mardi 24 septembre 2013
Après mon premier article où je présentais de manière générale cet ouvrage, paru récemment aux éditions Eyrolles (voir cet article), je me penche à présent sur quelque chose de plus détaillé, afin de vous permettre de mieux cerner ce qui vous attend avec ce livre (je pense rédiger plusieurs articles).

Avant même de débuter la lecture, j'ai jeté un œil sur les annexes et découvert un point intéressant à soulever avec un logiciel de graphisme : la configuration matérielle. C'est une chose qui m'a interpellée, vu le piètre niveau de mon PC (voir la description en haut à droite de la page du blog) et j'ai donc regardé ça avec attention.
L'ouvrage conseille trois types de configuration : minimale, moyenne et de production. 

  • Minimale : Dual Core 2 GHz, 2 Go RAM, carte graphique OpenGL 512 Mo
  • Moyenne : Quad Core, 8 Go RAM, carte graphique OpenGL 2 Go
  • Production : 8-Core, 16 Go RAM, double carte graphique OpenGL 3 Go

La mienne se rapproche donc de la minimale, avec une carte graphique de moindre qualité. C'est vous dire si je me suis inquiétée pour la suite. Nous y reviendrons plus tard.

Comme bien souvent dans les ouvrages destinés à faire découvrir un logiciel, le premier chapitre est dédié à l'installation et le second à la découverte de l'interface graphique. Ce dernier est un peu frustrant car on nous décrit des fonctions que l'on a envie de tester de suite sans pouvoir le faire. Il faut pourtant en passer par là, car sans connaître l'interface, autant renoncer.

C'est donc avec d'autant plus de plaisir que l'on attaque le chapitre 3 : la réalisation d'un projet, soit une scène avec des carafes. Et là, on plonge direct dans le vif du sujet. Les étapes sont claires, bien décrites et illustrées de copies d'écran ainsi que d'astuces très utiles. Nous avons donc :

  • Tracer le profil d'une carafe (bien plus simple que ce que je craignais),
  • Transformer le profil en objet (très rapide),
  • Améliorer l'aspect de la carafe et lisser l'ensemble,
  • Ajouter un bec verseur (étape très drôle qui a donné des résultats pour le moins surprenants),
  • Ajouter une anse (pas mal aussi, on se rend compte de la précision à adopter pour obtenir quelque chose de bien),
  • Créer un environnement avec une table et un fond,
  • Mettre en couleur et appliquer aux carafes l'aspect de verre ou de porcelaine,
  • Régler l'éclairage (la galère !) et étalonner les couleurs.

Tout est bien expliqué, facile à suivre. J'ai juste regretté que, à côté du nom des fonctions, il n'y ait pas un rappel de l'icône associée. En effet, lorsque l'on débute, on a un peu de mal à s'y retrouver. L'habitude aidant, on s'y retrouve, heureusement, et la pratique aide bien. Il ne faut pas hésiter, parvenu à la fin de ce chapitre, à recommencer avec d'autres objets, ce qui permet de découvrir des méthodes ou des fonctions de manière intuitive et à se familiariser avec l'environnement.

Je reviens, du coup, au matériel. J'ai testé le livre avec ma moitié et nous avons deux configurations très différentes, ce qui nous a amené à faire différents commentaires, que voici :

  • L'écran : j'ai trouvé mon 24 pouces juste bien, voir un peu petit lorsque je voulais afficher 3 vues différentes de l'objet. Ma moitié, en dual screen 19 pouces (et une mauvaise vue) considère que c'est trop petit.
  • Souris ou tablette graphique ? : j'ai une tablette et, si au début je me posais la question de son utilité (comme beaucoup sur le net, à ce que j'ai vu), j'ai vite compris son intérêt. En effet, lorsque vous commencez à "peindre" des sommets, vous trouvez le stylet bien plus confortable que la souris ! Je verrai à l'usage pour le reste.
  • Souris 3D ou pas ? : là, c'est ma moitié qui ne voyait pas l'utilité. Jusqu'à ce qu'il essaie de faire pirouetter son objet dans tous les sens. Il râlait après les raccourcis clavier alors que moi, j'avais juste à bouger ma souris 3D pour obtenir ce que je voulais. Toutefois, je pense que c'est plus "gadget" que la tablette graphique.

Or donc, 3 heures plus tard (galère d'affichage et d'installation de Cycles, le moteur de rendu, pour ma moitié), nous avions notre scène. Je me suis un peu rassurée en voyant mes "scores" :

  • Calcul de l'image en basse résolution : 47,26 secondes
  • Calcul de l'image en haute résolution : 7 minutes 50 secondes
  • Poids de l'image finale, en PNG : 999 Ko

Du coup, je me dis que même avec ma faible bécane, je devrais pouvoir réussir à faire des choses sympa ! L'avenir me le dira, et j'attaque dès ce week-end le chapitre 4, qui fera l'objet d'un autre article (peut-être regroupé avec le 5, je verrai). En attendant, je vous laisse avec mes carafes !


La 3D libre avec Blender (suite 2)

La 3D libre avec Blender, 5ème édition
Olivier Saraja, Henri Hebeisen et Boris Fauret
Éditions Eyrolles
536 pages
36 euros

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Votre commentaire apparaîtra après validation. Les messages anonymes seront supprimés.